Posted on

Les polluants de cuisson

Environ trois milliards de personnes (qui habitent principalement dans les pays à faible et à moyen revenu) dépendent de combustibles solides. Ils brûlent du bois, des déchets de cultures, du charbon, et de la houille avec les poêles inefficaces qui contribuent à la pollution. Selon l’Organisation mondiale de la santé, au moins quatre millions enfants et adultes sont morts avec les maladies engendrés par la pollution intérieure en 2012. Par ailleur, l’abus de poêles à kérosène et de chauffages entraîne des brûlures.

Ça ne veut pas dire que tous les types de houille sont dangereux. La houille traitée est sûre pour utiliser parce que les processus chimiques et physiques réduisent les polluants. La combustion ne supprime pas les éléments toxiques de plomb, de mercure, et d’arsenic de houille.

On recherche encore toutes les conséquences sanitaires d’usage ménager de kérosène. Les informations disponibles montrent que son usage peut augmenter les niveaux de matière particulaire et d’autres substances polluantes qui dépassent les directives de sécurité de l’Organisation mondiale de la santé. Selon les études épidémiologiques, le kérosène augmente les risques de cancer, de symptômes respiratoires, et de cataracte (1).

Les méthodes inefficaces dans la cuisine génèrent une grande quantité de pollution de l’air intérieur. La fumée aux logements avec la mauvaise ventilation peut dépasser le niveau acceptable de monoxyde de carbone et de particules fines. La réduction de pollution atmosphérique ferait du bien à tout le monde, surtout les enfants et les femmes qui passent du temps près du foyer.

(1) Organisation mondiale de la Santé, “Energie domestique et santé,” (2006).